Comparaison entre les médecins homéopathes et les médecins classiques

Trois grands principes sont observés dans le domaine de l’homéopathie. Ce sont : le principe des similitudes, le principe de la dose minimale et le principe du remède unique. Chacun d’entre eux propose certaines procédures qui se résument à ceci : il suffit de travailler sur les symptômes pour remettre la santé dans l’ordre.

Le Dr Samuel Hahnemann a proposé pour la première fois ses concepts complets sur l’homéopathie dans son livre intitulé Organon. Sa première édition est parue en 1810 et a été complétée par sa dernière édition, apparemment publiée à titre posthume en 1842.

Après 200 ans, les bases qu’il a proposées à son époque sont toujours utiles aujourd’hui. En fait, de nombreux principes ultérieurs trouvés aujourd’hui sont encore ancrés dans son livre. Cela ne veut pas dire que l’homéopathie ne s’est pas améliorée, mais c’est parce que le Dr Hahnemann a trouvé les principes fondamentaux et qu’ils sont donc confirmés par les chercheurs qui lui ont succédé.

Que s’est-il donc passé après 200 ans ?

Comme prévu, la science médicale a fait des progrès fulgurants qui n’ont pas exclu les traitements homéopathiques. Depuis plusieurs années, de nombreux médecins homéopathes ont concentré leurs études et leurs recherches sur de nouvelles substances et de nouveaux matériaux qui pourraient faire partie d’un traitement plus complet et plus efficace en utilisant les principes énoncés ci-dessus. Visitez www.imedicale.fr pour plus d’informations.

En fait, grâce aux progrès réalisés, les médecins homéopathes ont donné à ce domaine de nouvelles significations et de nouveaux champs d’application, en plus de ce que les pionniers ont déjà fourni. Cela indique seulement que les médecins homéopathes ne sont pas seulement des bienfaiteurs du vaste savoir, mais qu’ils contribuent également à l’expansion de ce qui est connu dans ce domaine.

Il existe plusieurs différences majeures entre la médecine conventionnelle et la médecine alternative. L’homéopathie, d’ailleurs, est incluse dans cette dernière. Par conséquent, il est probable que nous puissions déceler plusieurs différences entre les personnes impliquées dans ces pratiques. Si nous examinons de près les autres rôles des médecins homéopathes et ceux des praticiens médicaux, nous sommes susceptibles de trouver les observations suivantes :

La distinction réside dans les différences de méthodologies couvertes par chaque domaine. Les médecins, pour leur part, considèrent le corps humain comme un champ de bataille pour la santé et les maladies. Ils ont tendance à se concentrer sur la maladie et les affections elles-mêmes plutôt que sur les symptômes, ce qui est un point essentiel en homéopathie. Les médecins conventionnels utilisent des techniques, des paramètres, des méthodologies et des pratiques qui sont basées sur des recherches factuelles, statistiquement prouvées et scientifiquement documentées.

Il n’y a rien de vraiment mauvais là-dedans. C’est juste qu’elle ne parvient pas à voir et à cibler les autres facteurs importants, comme c’est le cas lorsqu’on se concentre sur la découverte de remèdes ultimes plutôt que sur des traitements individuels.

En outre, les médecins ne traitent que la partie du corps qui provoque l’apparition de la maladie dans le corps entier.

Pour les médecins homéopathes, cependant, le traitement doit être holistique. La santé de l’individu est la principale priorité et le traitement des symptômes permettrait de guérir. De plus, l’utilisation normale de substances naturelles pourrait permettre de contourner le risque que les patients courent lorsqu’ils sont soumis à des formes de médecine conventionnelle.

Une autre différence majeure entre les médecins homéopathes et les praticiens médicaux réside dans les thérapies ou les formes de traitement qu’ils utilisent. Souvent, la médecine conventionnelle s’occupe d’opérations chirurgicales et de médicaments. Cependant, avec l’homéopathie, des formes alternatives de guérison telles que l’hypnose, l’aromathérapie, l’acupuncture et l’utilisation d’herbes et de minéraux sont proposées pour apporter des effets de guérison.

Il faut cependant se rappeler que si les deux types de médecins présentent des différences majeures, ils n’ont qu’une seule tâche fondamentale en tête : apporter la santé à ceux qui en manquent et améliorer là où il y a de la santé.